• Trois jours à Quiberon

    A Sarah et Daniel Biasini,

    J'étais et je demeure une grande fan de Romy Schneider. J'ai vu Trois jours à Quiberon, et ce film n'a pas entaché le souvenir que je conserve de cette grande comédienne.  

     Par contre, là où je vous rejoins, c'est que les nouvelles générations, celles pour qui les noms de Claude Sautet, Michel Piccoli, Alain Delon, ne signifient rien ; ces générations qui ne connaissent de Romy que les histoires sucrées de Sissi qui passent inexorablement à chaque Noël, ces Trois jours à Quiberon donnent une image faussée et peu flatteuse de la plus grande actrice française des années soixante-dix.

    Trois jours à Quiberon

     

    Je l'aimais trop pour cautionner cet aperçu. Que les jeunes générations regardent plutôt Une femme à sa fenêtre, Le vieux fusil, César et Rosalie, La mort en direct, Max et les ferrailleurs, La passante du Sans-souci, etc... Ainsi ils se feront leur propre idée ; ils constaterons qu'elle n'aurait jamais joué aussi talentueusement, été aussi magnifique si elle avait bu autant que le montre ce film de Emily Atef.

    Trois jours à Quiberon

     

    Soit, elle était torturée, anxieuse, fragile. Tout ça demeure en filigrane de chacun de ses personnages. Mais elle était vraie et lumineuse, une étoile que la vie n'a pas épargnée et qui a filé trop vite.

    Sarah, Daniel, comme je vous comprends, vous avez raison de défendre sa mémoire. Elle mérite qu'un réalisateur raconte son histoire, pas Trois jours à Quiberon.         

    Résultat de recherche d'images pour "trois jours à quiberon"


    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :