• Sur France 3 une nouvelle émission, sorte de "Nos chers disparus" d'antan, Nous nous sommes tant aimés. 

    Cet après-midi j'ai pu revoir un chanteur que mon enfance n'a jamais pu oublier.

    A sa mort, je venais d'avoir 10 ans. Je ne devrais pas avoir été touchée à ce point,

    et pourtant la disparition de Mike Brant me marqua profondément.

       


    1 commentaire
  • J'avais noté sur mon programme TV de ne surtout pas rater "Le mystère de la tête d'Henri IV". Un documentaire passionnant de Pierre Belet et Stéphane Gabet. Une aventure des temps modernes, à travers les âges et au-delà des frontières pour définir si oui ou non une tête momifiée appartiendrait bien au Bon Roi Henri assassiné par Ravaillac en 1610. 

    En début du vingtième siècle, un banal brocanteur parisien acquiert cette relique pour 3 francs en salle d'enchères. Par recoupement avec des portraits et en rapport à avec l'épisode sombre de La Terreur, cet homme prétend qu'il détient la tête de Henri IV. A son décès, le brocanteur lègue la tête royale à sa soeur. A partir de là, sa trace se perd. Les journalistes et réalisateurs du documentaire s'emploient à la récupérer. Ils sont persuadés qu'en ce nouveau 21ème siècle, les tests ADN et le Carbone 14 révèleront la vérité. Ils sont loin du compte et nous suivons captivés leur enquête et les recherches du Dr Philippe Charlier, médecin légiste et paléopathologiste. Cette rocambolesque histoire était émouvante, autant pour nous, citoyens que l'Histoire de France concerne, que pour son descendant direct, l'Actuel Duc d'Anjou, SAR Louis XX pour les royalistes qui perdurent.

    Vraiment, des émissions de cette qualité, j'en veux encore !!


    votre commentaire
  • Cet après-midi sur Arte, un hommage émouvant à un auteur remarquable : Françoise Sagan

    Une femme décidée à vivre sa vie sans compter, sans mesure. Elle nous a laissé ses livres, autant de mots à savourer et relire, relire, relire... 


    2 commentaires
  •  

    Cette série réunit à elle seule plusieurs thèmes qui me sont chers : la relation entre le passé et le présent, des retours en arrière spectaculaires, des revenants qui ne nous quittent jamais vraiment. Sans oublier des chansons magnifiques, comme le superbe « Hallelujah » de John Cale.

    <?xml:namespace prefix = o ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:office" /><o:p></o:p>

    Les acteurs principaux sont crédibles car il n'en faut jamais trop, ils s'effacent à chaque épisode, au profit de la seule personnalité importante, la victime dont le dossier remonte le temps pour obtenir justice. Le détective Lily Rush (Kathrin Morris) se donne corps et âme à sa mission ; avec son collègue Will Jefries (Thom Barry), ce sont certainement les plus investis humainement parlant. Pour ses coéquipiers, Scotty Valens (Danny Pino), Nick Vera (Jérémy Ratchford), il s'agit surtout de mettre un point d'honneur à boucler des affaires jamais résolues. Leur chef, Tom Stillman (John Finn) les encadre, un brin paternaliste et très compréhensif envers tous.

    J'ai toujours été persuadé que notre âme avait tous nos âges en même temps, que l'on pouvait passer de l'un à l'autre à notre guise et qu'à notre mort, notre esprit nous survit avec tout ce que nous sommes comme tout ce qu'on l'a été.  Les jeux de caméra qui permettent d'alterner les visages des gens de l'époque des faits à aujourd'hui reflètent exactement ma pensée. C'est là que l'image sert de pilier aux mots...

    Actuellement,  la saison 4 passe sur France 2, le lundi soir à 20h50. Le créateur de cette série de qualité s'avère en fait être une femme, Meredith Stiehm, née en 1969 ; rien de plus ne transparaît à son sujet sur Internet ou dans la presse (si vous trouvez, faites-moi signe !).

    Enfin, si vous n'avez jamais regardé ce feuilleton, tentez l'expérience. Et repassez me donner votre avis ?...  


    7 commentaires
  • <?xml:namespace prefix = o ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:office" /><o:p> </o:p>

     

    Alors l'ami Cauet et son équipe, ils me font rire tous les jeudi soir.

    J'aime tout ce que certains jugent irritants en Sébastien Cauet : ses blagues de môme de dix ans, ses imitations caricaturales de personnalités, son goût de potache pour le sexe et les seins des filles.

    La seule émission où les invités sont pliés en deux, obligés de se montrer nature, surpris d'être à contre-pied. Quand il reçoit, entre autres, Pascal Obispo ou Lara Fabian, même eux prennent un coup d'enfance ou d'adolescence. Evidemment, je n'apprécierais pas qu'il singe mes petits travers comme pour Bertrand « de la Star Ac », ni qu'il éclate de rire sur l'un de mes propos comme il ne se gêne pas de le faire par exemple avec Eve Angeli.

    Et puis il y a sa bande de joyeux lurons, Cécile de Ménibus qui le casse talentueusement dès qu'elle le peut, Mademoiselle Herpès qui saute sur un Patrick Bruel effaré ou Mopral qui ne rêve que « argent ». Je ne connais pas encore trop les nouveaux venus que l'on aperçoit de temps à autre, mais ce ne sont pas des tristes non plus !

    Des déjantés qui s'éclatent pour mon plus grand plaisir.

    On peut être écrivain et aimer la franche rigolade.

    J'assume ;-)

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique