• Le monde de demain

    Ray Bradbury a écrit Fahrenheit 451 en 1953. Une vision anticipée sur le monde du 25e siècle. Il a vu juste, au-delà de l'inimaginable pour son époque. Pourtant, personne ne le prend au sérieux, tout au plus s'agissait-il de science-fiction pour faire monter le taux d'adrénaline de lecteurs en mal de sensations. Cet écrivain était un visionnaire. Il n'a fait qu'une erreur, il s'est trompé de siècle ; ce n'est pas dans quatre cent ans que nous risquons de brûler les livres, c'est au cours de notre 21e siècle, c'est demain...   

    Mais le fait est que nous avons besoin de respirer. Que nous avons besoin d'apprendre. (…) Les livres sont faits pour nous rappeler quels ânes, quels imbéciles nous sommes. Ils sont comme la garde prétorienne de César murmurant dans le vacarme des défilés triomphants : »Souviens-toi, César, que tu es mortel ».

    Le monde de demain

     


  • Commentaires

    2
    Jeudi 21 Juillet 2016 à 11:00

    Sometimes one book can change our view to life. And of course it should be positive book. There is so much cruel in our world so I hope books will bring kindness to it.

      • Jeudi 11 Août 2016 à 11:25

        You are right, books are essential to warn, calm, show the direction to be followed. We always learn of those who preceded us, or by those who observe and write on our societies. In this crazy world, little still read. It is a pity...

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :