• Ceux qui passent

     

    La mort d'une célébrité nous touche tous car elle nous ramène à nous-même, la perte de nos proches, le chagrin et le manque incommensurables qui en découlent. Mais en plus, et surtout, la mort d'une célébrité nous ramène à notre condition d'homme voué à mourir un jour prochain. Une piqûre de rappel qui fait mal et nous oblige à nous voir tels que nous sommes : des mortels.

     

    A une époque où la remise en question, l'introspection, ne sont plus à la mode, où les textes anciens ne nous intéressent plus, ou deviennent sujets à caution voire à moquerie, l'Homme néglige l'aspect spirituel de la vie. Ce qu'il ne maîtrise pas, il l'esquive en touche. Derrière les enterrements, les hommages, les fleurs, il invente des expression techniques pour camoufler l'inexorabilité de la mort. Faire son deuil. Comme si les humains étaient prévisibles, programmés : des clones dotés des mêmes réactions, des mêmes ressentis, des mêmes pensées. Abstraction faite des histoires personnelles, des doutes et des choix de chacun.

    Prendre de la hauteur

     

     

     

    Si l'Humanité est un tout, nous sommes avant tout, tous, une personne à part entière. Et si l'Humanité est un tout, elle n'est jamais figée parce nous sommes avant tout, tous, une personne qui passe. Des passants dont le temps est compté.

     

     

    Il serait bien que l'Homme s'en souvienne au lieu de se fourrer la tête dans le sable.

     


    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :