• Au loup !

     

    Françaises, Français, quelque soit notre choix, par défaut ou par conviction, de toute manière, nous, le peuple, ne sommes coupables de rien.

     

     

    Tous les politiciens de tous bords qui mènent la danse depuis les années 70, n'ont rien fait pour éradiquer le FN. Au contraire, Mitterand a laissé ce mouvement se développer car ainsi, la droite traditionnelle s'affaiblissait. Quant à cette dernière, elle se servait de son extrême comme d'un faire-valoir. Jusqu'en 2002, où ce parti s'est révélé un adversaire inattendu. Et tous nos politiciens de sortir le grand jeu, d'une liberté sacrée, d'une égalité chèrement acquise et d'une fraternité non négociable. Ils ont promis au peuple, la main sur le coeur, qu'ils avaient entendu leur mécontentement, qu'ils allaient agir en conséquence. Et c'est reparti entre petites affaires et gros scandales, amnésie sur des promesses jamais tenues, tradition des alternances présidentielles droite-gauche. Entre-temps le FN a changé de mains, le père a cédé la place à sa fille, ML ; sans doute les dinosaures de la politique ont-ils cru qu'ils la terrasseraient rapidement, avant de réaliser qu'elle s'avérait aussi redoutable – voire plus – que JML. Ils ont continué à ignorer ces français qui rejoignaient le FN, sourds à leur détresse, leur colère ; ils ont cru qu'à chaque fois la majorité se liguerait contre ce parti et ils ont préféré jouer au chat et à la souris sans jamais se dire qu'un jour, le FN pouvait gagner.

     

    Tous les partisans, de gauche comme de droite, ont mis le peuple en danger, sans remords, persuadés qu'à chaque fois, les gens se poseraient en un front républicain de bon aloi. Et voilà 2017, sa présidentielle de bas étage, avec au final deux candidats dont personne ne veut et dont l'un finira Président de la république le 07 mai au soir pour cinq ans. A trop compter sur l'aversion du FN pour que perdure l'alternance, la gauche et la droite se sont fait balayés au premier tour. Chacun y va de son refrain patriotique pour que surtout ML ne gagne pas et que EM réengage la démocratie à la « sauce magouilles ».

     

     Tous ces anciens présidents, premiers ministres ou ministres de la République qui crient au loup depuis trois décennies, qui disent le FN anti-démocratique, porteur de haine, de xénophobie, qui prédisent qu'il conduirait le pays à sa ruine, qu'ils soient ici remerciés de nous mettre face à un tel choix. Pourquoi un parti existe-t-il en France s'il véhicule autant de relents hors-la-loi ? Ils s'imaginent à ce point capable de le diaboliser que jamais le FN n'accèdera au pouvoir suprême. Ils préfèrent jouer avec le feu à chaque fois, car à chaque fois, l'un d'eux est écarté pour l'entre deux tours, qu'à chaque fois, ils comptent sur le peuple pris en otage, pour les placer à la présidence sans résistance. Mais puisqu'ils n'ont pas réussi (voulu ?) à rendre ce parti hors-la-loi, qu'ils arrêtent les manipulations et les anathèmes, qu'ils laissent la démocratie passer.

     

     Tous ces petits malins auraient dû anticiper : à force de jouer avec le feu, à la fin on s'y brûle. Et quelque soit l'élu, de toute manière, la première victime, c'est nous, ça restera toujours nous, le peuple de France. Et quelque soit notre choix, par défaut ou par conviction, de toute manière, les Français ne sont coupables de rien. Les vrais coupables ce sont eux, ceux qui nous ont dirigé, ceux qui nous dirigent et ceux d'après ; tant qu'ils placeront leurs intérêts personnels au-dessus de ceux de la France et nous colleront contre un mur pour que nous nous arrachions un pied ou sautions dans le vide.

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :